Human Rights Observers (HRO) est né en 2017, après le démantèlement de la « Jungle », en tant qu’organe d’observation, de récolte de données et d’analyse de l’état des droits humains des personnes éxilé-e-s à Calais et Dunkerque.

L’équipe HRO est inter-associative, elle s’est constituée à la demande de certaines communautés d’exilés à Calais qui souhaitaient une présence de bénévoles sur le terrain la nuit et pendant les expulsions du fait des nombreux témoignages de violences. Son fonctionnement se rapproche de la méthode copwatching, littéralement « surveillance de la police » : il s’agit d’être présent autant que possible lors des contrôles de police et des expulsions et de documenter les opérations de police.

Chaque jour, des équipes de HRO sont sur le terrain pour documenter et surveiller toutes les violations des droits de l’homme contre ces populations. Aujourd’hui, nous développons également un projet de communication et de plaidoyer à travers les réseaux sociaux, des rapports, la coopération des ONG, des affaires judiciaires et l’interaction avec les autorités publiques.

Nous sommes financés par Help Refugees et des donateurs individuels. Nous n’avons pas de bailleurs de fonds institutionnels, ni publics. Le projet est sous la supervision de l’Auberge des migrants depuis août 2019.

L’essentiel des opérations policières sont des « expulsions » et des opérations de contrôles d’identité. Ces opérations sont quotidiennes, en effet les expulsions ont lieu tous les jours à Calais et 4 à 5 fois par semaine à Dunkerque. Ces opérations s’inscrivent dans une politique d’évitement des « points de fixation » comme a pu l’être la « Jungle » auparavant.

Pour plus de détails lire nos rapports :