L’association

L’Auberge des Migrants est sur le terrain auprès des exilés à Calais et ses environs depuis 2008. La situation évolue très rapidement, et nous devons adapter nos activités au contexte migratoire local. L’expansion rapide de la jungle puis son démantèlement ont entraîné une réorganisation profonde de nos actions et de nos relations avec nos partenaires.

 

Le combat continue

Suite au démantèlement de la jungle de Calais et au recentrage de nos activités,

nous avons réduit la taille de notre entrepôt pour ne conserver que l’espace central de tri et stockage des vêtements, ainsi que la cuisine. Mais surtout, notre entrepôt joue un rôle de base arrière pour les associations qui s’y trouvent : l’Auberge des Migrants, Help Refugees, Refugee Community Kitchen, Refugee Youth Service, Refugee InfoBus et Utopia 56.

L’Auberge coordonne les efforts pour faire des appels aux dons matériels et financiers, qui arrivent dans l’entrepôt et sont triés et préparés avant d’être distribués aux exilés à Calais mais aussi dans les camps de Norrent-Fontes, Hazebrouck, Tatinghem et Grande-Synthe.

 

L’équipe

Le bureau de l’association est composé de Christian Salomé, Président, François Guennoc, Vice-Président, et Catherine Konforti, Secrétaire. L’association compte trois salariés et cinq personnes en service civique.

Pour quelques jours ou quelques mois, nous accueillons tous les bénévoles. Pour plus d’information, contactez-nous sur volontariat.aubergedesmigrants@gmail.com.

 

Fonctionnement

La présence de six associations permet de cibler les actions et de s’assurer que les personnes les plus vulnérables reçoivent l’aide dont elles ont besoin. Les 30 à 70 bénévoles présents chaque jour participent aux activités dans l’entrepôt et sont répartis en fonction des besoins.

Notre objectif est d’apporter une aide matérielle d’urgence pour soutenir les personnes en exil. Plus que la survie, nous nous battons pour promouvoir la dignité des migrants à travers nos actions.

Nos équipes se rendent tous les jours à Calais et Grande-Synthe, et nous envoyons régulièrement de l’aide matérielle à Norrent-Fontes, Tatinghem, Paris, la vallée de la Roya et Athènes. Les besoins ne sont pas les mêmes selon les terrains, et nous essayons de mettre en place une coopération européenne entre les associations.

En 2016, nos actions étaient soutenues à plus de 95% par des dons privés. Des subventions publiques nous permettent de couvrir une partie de nos dépenses, mais ce sont les dons qui nous permettent de continuer nos actions de manière indépendante. Tout don, qu’il soit monétaire ou matériel, est utilisé pour mettre en place une aide humanitaire et promouvoir la dignité des migrants.